(Article pas très long mais offrant de la hauteur! Temps estimé de la balade : 1 minute)
A l’heure où la fin de l’hiver s’amorce, il est temps de penser à ma rando estivale (et ouais, j’suis comme ça…c’est le grand écart saisonnal …si si ça existe comme mot !).

Cette rando estivale est comme un petit rituel instauré depuis quelques années avec ma Sœur-cière du Sud. Je vous en parlai dans un autre article il y a quelques temps déjà.

Mais aujourd’hui, j’ai eu envie de revenir en photos et avec peu de blablas sur un circuit de randonnée en particulier : le circuit de la Roche d’Ajoux (circuit ici). Et vous expliquer la version « OFF » du topoguide.

Randonnée

Ce que le topoguide vous dit

Cette rando nous mène à la Roche d’Ajoux, à 970m. De là haut, on a une vue panoramique sur les monts du Beaujolais, du Charolais et du Roannais.

  • Lieux de départ : Poules les Echarmeaux (69)
  • Niveau de difficulté : difficile
  • Temps de rando : 5h30
  • Type de sol : des cailloux, des cailloux et beaucoup de cailloux. Sauf au début et à la fin ! Le petit poucet est passez par là et pas qu’une fois !

Ce que le topoguide ne vous dit pas!

Ce circuit suit le GR7 et d’autres sentiers de pays et comme tout sentier de pays les balises sont parfois ….comment dire….insolites…excentriques….curieuses. Nous avons donc du suivre en premier les balises rouge/blanc du GR7 (ça c’est du classique) puis les poules, ensuite les fleurs et enfin les champignons. Et là, tu te demande ce que les gars avaient fumé en balisant le circuit !! Et du coup, tu te tapes un gros délirium….jusqu’à la fin de la rando !

Ce circuit n’est pas difficile en raison du dénivelé mais principalement en raison des cailloux sur le chemin. Un truc de fou ! Parfois, il y en avait tellement que pour éviter de déraper, on préférait marcher juste à côté dans la forêt. Et ça j’aime pas ça….sortir du sentier. Ah ça non, j’aime pas ça !

La vue panoramique depuis la roche d’Ajoux (960m) fait son petit effet. Et ce calme…..ah ce calme ! Vous entendez ?

Et ces sardines qui sans n’avoir rien demandé à personne ont eu cette chance de voyager de la mer (je sais pas laquelle) jusqu’au Beaujolais…veinardes va !

La descente s’est faite sans souci. On a juste eu un gros coup de flip en passant à côté de gens un peu louches, ouais vraiment bizarres et en plus, ils nous parlaient mais on comprenait pas…..j’crois que c’est à ce moment là qu’on a performé notre vitesse moyenne !

La fin du circuit a été un peu hasardeuse, j’crois qu’on a du loupé un embranchement et puis avec ces histoires de poules, de fleurs et de champignons, on était un peu largué. On a fini par le faire à l’ancienne….viser le clocher de l’église. Ça marche toujours !

Perdues ? Qui a osé dire « Perdues » ?!

Dernier souvenir : le café du village à l’arrivée. « Deux Oranginas Madame s’il vous plaît….euh non quatre Oranginas, on a hyyyyyper soif….et avec beaucoup de glaçon, oui beaucoup, Merci ! ».

Voilà, si cette rando vous a plu, j’en suis ravie. Les topoguides, c’est bien mais jamais ils ne vous raconteront comment se passe réellement une rando. Ils ne nous parlent pas de ces phases de délirium incontrôlables, survenant à n’importe quel moment et revenant de façon imprévisible.

L’air, me direz-vous ? Peut-être !?!

Et ces topoguides ne nous parlent pas non plus de toutes ces petites surprises auxquelles on ne s’attend pas…..ces panneaux bizarres, ces gens bizarres ou alors est-ce notre état de délirium intense qui modifie la perception de nos sens ?

Comme toute rando, celle-ci est donc gravée dans ma mémoire avec ces petites bribes de souvenirs, ces trucs délirants, ces moments précieux. J’vous les ai livré en vrac (tels qu’ils sont rangés dans ma tête).

Maintenant, fini le délirium… j’ai l’esprit vif et affuté alors j’vais en profiter pour organiser ma prochaine rando. Des suggestions ?

Magalie

2 Comments on Randonnée : ce que le topoguide ne vous dit pas!

Vous pouvez réagir à cet article ou me poser une question, j'y répondrai aussi vite que possible ! :)